02/07/2014

3ème étape : Brixen-San Viglio

Cette 3ème étape de notre périple Transalpiens nous propose « seulement » 89kms mais avec le passo Delle Erbe et le Grodnerjoch soit environ 40kms de montée.

http://www.tour-transalp.de/fileadmin/user_upload/strecke/2014/img/HP_Etappe03_STT.jpg

Le team de Lux poursuit également sa tournée culturelle, puisque nous avons logé dans un hotel ou descend régulièrement Benoit XVI comme en atteste les nombreuses photos et objet prouvant si il le fallait encore que les Italiens sont très pieux.

 

Le lendemain, un absent au petit déjeuner, Riccardo qui a décidé de prolonger sa nuit d’une bonne demi-heure pour se présenter à table avec la tête dans le cousin…

La troupe s’égaye lentement quand Francis, une fois n’est pas coutume, poussera une gueulante non pas sur un coéquipier mais sur son compteur Garmin qui refuse tout service. Après un mystérieux problème Strava, la technologie nous joue des tours.

Nous rejoignons le départ peu avant le coup de pistolet, notre hôtel étant situé à peine 100 mètres de la ligne.

10kms de neutralisation nous mènent au pied de la 1ère difficulté de la journée, un col de 7kms à plus de 8% de moyenne et des passages à 16-17%. Le peloton est groupé et la route est mauvaise, difficile de se frayer un chemin. Gary a déjà pris les devants tandis que Thomas, Phil, Marc et Phil2 sont distants d’une centaine de mètres. Richard un peu plus loin, suivi de Francis occupé à chercher sur internet le mode d’emploi de son compteur et de Liz qui nous avouera avoir souffert dans les rudes pentes de ce col.

S’en suit 10kms de montagne Russe pour nous conduire au pied du Grodnerjoch et de ses 25kms de pente. Le décor a complétement changé, grande chaussée et petit groupe de concurrents se lancent à l’assaut. Gary toujours devant, malgré nos tentatives de déstabilisation (Quand joue l’Angleterre à la coupe de Monde ? ou si tu gagnes tout tu devras offrir le souper à tes équipiers), rien n’y fait, notre Cavendish caracole en tête. Thomas passera le col légèrement devant Ze Iron Chicken qui a semble-t-il fait de cette étape un objectif, de Marc qui l’a accompagné durant toute la montée après avoir déposé Phil2 au pied du col. Ce dernier pouvant voir ses camarades quelques lacets au dessus de lui durant presque toute la montée. Flying Riccardo, pour sa part, montera à sa main, attendant patiemment la descente suivante pour diminuer l’écart le séparant des autres concurrents.

Francis ayant enfin trouvé le site de Garmin pense avoir enfin solutionné le problème, mais il est à présent en proie à des soucis de connexion usb ne lui permettant pas de transférer les données nécessaires à recevoir les « kudos » Strava manquant et recevoir le magnifique t-shirt arboré par Richard. Il parait que Thomas en aurait un aussi d’ailleurs…

Liz, de son côté, ayant, comme ses coéquipiers du team de lux, une pensée pour leur coach au passage à Wolkenstein. En parlant de notre coach, son coéquipier de toujours se demandait si il ne prenait pas un peu la grosse tête en nous transmettant ses consignes en latin à l’instar d’un fonctionnaire Anversois bien connu…

Le sommet du col atteint, les membres du team de Lux, profite d’un bref ravitaillement avant de se lancer dans la descente nous menant à San Viglio. Gary, toujours devant, mais moins devant qu’habituellement nous dira à l’arrivée qu’il se sent fatigué… Tout est relatif. Thomas, qui a été passé par Phil et Marc au sommet du col, les repassera à son tour dans la descente, au grand désappointement du Triathlète Gaumais qui aurait souhaité un peu d’aide dans le long faux plat descendant vers le finish, fort heureusement, il trouvera un groupe d’une trentaine de concurrents solidaires et volontaires pour assurer un tempo rapide.

Tout l’inverse de Phil2 qui se retrouvera dans un groupe d’une dizaine de coureurs dont les ¾ se laissant gentiment tracter jusqu’à l’arrivée sans prendre une once de vent.

Richard arrivera d’ailleurs sur les talons de celui-ci.

Dernière côte avant l’arrivée, histoire de nous briser définitivement les jambes après 35kms grand plateau, et la place de San Viglio est en vue, dernier virage pavé (Francis fais gaffe…) et la ligne est là.

A noter le beau tir de groupé puisque 5 maillots frappés du Sanglier sont rentrés sur 4’. S’en suit l’arrivée un peu dépité de notre oldtimer d’Arville, n’ayant pas réussi à ressusciter son Garmin, il le cèdera à Phil2 qui, d’un coup de baguette magique, rendra vie à l’appareil.

Nos anges-gardiens n’étant pour une fois pas présents sur la ligne, l’hôtel étant à proximité et la site de l’arrivée étant particulièrement petit, c’est à l’hôtel que nous les retrouvons.

Richard et Francis en gentleman attendant Liz sur la ligne.

Aurèle, de son côté, poursuit son régime hydratant et hypocalorique en veillant bien à manger ses croissants le matin, son goûter à 16h et son repas 4 services all-inclusive. Son seul regret de la semaine et de ne pas pouvoir sortir le soir dans les dances-club de la région ou, accompagné des sapins, il s’était fait une belle réputation.

Nous profitons du plus bel hôtel de cette Transalp, nous offrant une vue magnifique sur les montagnes avoisinantes. Piscine, sauna et massages pour le réconfort de nos jambes déjà bien mises à contribution.

C’est en attendant impatiemment le match de ce soir que nous vous saluons… Come on Belgium en espérant une victoire… War is de feestje ? Hier is de feestje …

13:49 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2014

Team de lux supporting red devils

image.jpg

20:28 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/06/2014

2ème étape Sölden-Brixen 123kms 2.900m de dénivelé

Bonjour à tous,

 

Ce matin, au petit déjeuner, les uns scrutaient le ciel, les autres le site internet de l’organisation afin de voir si le départ sera donné. 2 camps s’opposent, ceux qui veulent partir (le gros de l’équipe) et ceux qui ne veulent pas (Les Luxembourgeois…)

En effet, la neige est tombée cette nuit dans les derniers kilomètres du Timmelsjoch. Nous partageons l’hotel avec le Directeur de course qui, en grand professionnel, a envoyé une équipe là-haut… Vers 8h, l’information tombe, nous partons malgré la neige bien présente …

 

Le dilemme, à présent, est comment allons-nous nous habiller ? sachant qu’on attend 0° au sommet du col et 22° à l’arrivée à Brixen. C’est donc transformé en bonhomme de neige que nous nous lançons à l’abordage du fameux Timmelsjoch et ces 23kms de montée très irrégulière.

Comme à son habitude, Gary s’en va, non sans avoir salué ses camarades de jeu. Phil2 et Thomas feront route ensemble à quelques mètres de distance, tantôt l’un, tantôt l’autre devant. Phil2 prenant, dans ce col, l’avance sur le sommet. Tandis que le poulet de 6 semaines, au prix d’une montée régulière reprendra Thomas peu avant le sommet, suivi de près par Richard, follement encouragé par ses fans (1 vache et ses 2 veaux) de Marc toujours ravi de la météo et de Francis, qui après son étape de feu d’hier, a décidé de ménager sa monture et de Liz, qui soi-dit en passant, aurait retrouvé un connexion à Strava…

Les 5 derniers kilomètres nous offrent des paysages de carte postale, nous escaladons le col au milieu de mur de neige. Malgré l’effort, chacun s’en souviendra à coup sûr.

La descente est abordée tambour battant par Richard qui reprend, ni plus , ni moins, que Phil, Thomas et Phil2, ce dernier au bénéfice d’un feu rouge retrouvera Flying Riccardo mais cela ne durera que quelques kms.

A peine la descente terminée, un rond-point, une épingle à cheveux et le Jauffenpass se dresse devant nous, 19kms d’une montée très régulière ou aucun répit n’est permis. Nous assistons dès les 1er mètre à un spectacle digne d’un jour de solde dans les plus grand magasin de mode du pays. Des coureurs arrêté partout ou c’est possible, qui se transforme en véritable chameau, veste imperméable, coupe-vent, manchette, jambières et surchaussures prennent place dans les poches, sous le maillot, enfin partout ou il y a de la place…

Gary continue son solo devant tandis que Phil2, Thomas et Richard entame la montée ensemble. Chacun prend son rythme, celui de Thomas un peu plus rapide que Richard et que Phil2 qui se retrouveront à mi-col au ravitaillement. Peu après celui-ci les coéquipiers se sépareront, Phil2 ne pouvant suivre le rythme de Flying Riccardo. Marc, dont le soleil a réveillé les jambes doublera dans la montée Phil et Phil2. Assis sur sa selle, les jambes tournant comme les meilleures horloges Suisses, notre ironMarc est impressionnant d’aisance.

Pour ceux qui pensaient que l’étape se terminait au sommet du col et que nous allions pouvoir gentiment nous laisser glisser jusqu’à la très belle de Brixen, c’est raté… 20kms d’une belle descente, pas trop technique au dire du zic et puis d’un faux plat descendant ou les protagonistes sont obligés de pédaler fort pour conserver leur place. Fort heureusement, le vent nous est plutôt favorable.

Un dernier petit tape-cul et l’arrivée est en vue. Gary continuant sur sa moisson de victoire d’étape, suivi de Thomas, qui a ressenti la fatigue à 4kms du sommet du dernier col, de Richard dont le profil de l’étape fait de longue descente et de grand bout droit lui convenait à merveille, de Phil2, un peu déçu de sa performance, de Marc, qui s’est fait passer par Phil2 dans la dernière descente malgré que ce dernier lui ai proposé de l’accompagner, de Phil, qui après pensé rallier l’arrivée à 25 à l’heure, a finalement accroché un bon groupe pour rentrer à Brixen à 50 à l’heure, de Francis, qui n’a pas poussé, à part une petite gueulante à l’arrivée car ses camarades l’abandonnait pour rentrer à l’hôtel pour s’adonner aux bons soins d’Amy. En passant, si à peine la moitié de l’équipe s’est allongé sur la table de massage hier, cet après-midi, c’est l’ensemble de l’équipe qui y est passée. Preuve que la fatigue se fait déjà sentir chez les coureurs et que les soins prodigués par Amy n’ont rien à envier à ceux des conifères (petit et grand sapin) des années précédentes.

Liz quant à elle, rejoignant la troupe après avoir gérée de main de maître la météo, les cols, les descentes… On n’a même pas l’impression qu’elle souffre autant que ses coéquipiers masculins.

A tous nos fans, n’hésitez pas à commenter ou à laisser vos impressions…

Faute d’une connexion internet suffisamment performante, les photos suivront…

22:17 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |