04/07/2014

6ème étape : Crespano Del Grappa - Rovereto 142kms 3.000m de dénivelé

6ème étape, et non des moindres, 142 kms nous attendent sur la route nous menant à Rovereto et pas loin de 3.000m de dénivelé, répartis principalement sur 2 cols, le 1er long de 13kms et le second de 23kms à plus de 6% de moyenne. Du lourd encore.

http://www.tour-transalp.de/fileadmin/user_upload/strecke/2014/img/HP_Etappe06_STT.jpg

 

Notre hôtel étant situé à 9kms du départ, nous décidons tous de rejoindre la ligne de départ en vélo en guise d’échauffement. Tous… Non, quelque part dans la province du Luxembourg, il y a un irréductible qui ne fait jamais les choses comme les autres… et qui se la jouent telle les grandes stars des pelotons sur son Trek Madone chaussé de nouvelles gommes continental.

Et oui, notre Francis rejoindra la ligne en voiture avec Aurèle pour garde du corps…

Francis, qui hier au repas, a continuer à cultiver le rire… Malgré notre insistance, notre Oldtimer d’Arville a refusé catégoriquement de nous raconter la blague du pharmacien (celle que l’on ne connait pas) avant de finalement nous la raconter 2h plus tard alors qu’on ne lui avait rien demandé…

Environ une quinzaine de kilomètres neutralisés pour quitter Crespano Del Grappa, jusqu’à un passage à niveau ou nous avons calmement patienté avant d’être libéré en direction du 1er col de la journée.

Petit souvenir, nous repassons devant l’hôtel ou il y a 2 ans, on avait tenté de s’introduire dans nos voitures. Gary prend les devants du groupe avec Richard, tandis que Phil et Phil2 se remémorent leurs souvenirs de ce 1er col « mais oui, on l’a déjà fait… »

Photo de Philippe Mahaux.

Dès les rampes de ce col, Notre poulet retrouve ses ailes, et se lance à l’abordage, il dépose Phil2, et retrouvera Richard qui s’accrochera à la roue de celui-ci jusqu’au sommet.

Derrière Ironmarc, non sans avoir pris des nouvelles, passera également Phil2, l’apprenti triathlète gère sa montée aux sensations. Son capteur de fréquence cardiaque montrant des signes de faiblesses.

Thomas semble souffrir de la chaleur dans ce col, sa première partie d’étape sera difficile mais plus l’arrivée se rapprochera et au mieux il se sentira.

Derrière, Francis a choisi en galant homme qu’il est, de faire l’étape avec Liz. Sans doute, a-t-il besoin d’une présence féminine à ses côtes après une semaine loin de sa chère et tendre. Pourtant, son charme naturel agit, même loin de sa belle province. Liz, par contre, nous dira ne pas l’avoir vu de la journée…

L’ascension se conclut dans le village de Foza, et nous propose de longs kilomètres de tobogan avant de rejoindre le pied du 2ème col de la journée. Pour ceux qui pensaient se laisser descendre tranquille, il faut quand même dépenser pas mal d’énergie de les faux plats montants.

Malgré cela, il nous faut rejoindre la vallée. C’est le moment que choisi le pneu avant de notre Oldtimer pour exploser ni plus ni moins alors qu’il descend, fort heureusement prudemment, ce 1er col. On est quitte pour une belle frayeur. Francis grâce à ses talents d’équilibristes a pu rester sur sa machine et stoppé sans dommage.

15’ minute de perdue à attendre le véhicule d’assistance mais ce n’est pas ça qui lui fera perdre le sourire.

Le team de lux se lance donc sur le chemin de ce 2ème col, Gary, en éclaireur, suivi de Flying Riccardo qui a pris congé de Phil dans la descente, de Marc et Phil2, ce dernier l’ayant rejoint dans la descente et de Thomas qui, peu à peu, retrouve ses jambes et une température plus conforme aux normales saisonnières.

A noter qu’au pied de ce col, Phil s’est présenté dans un groupe de 25 coureurs qui n’ont pas tous eux la même attitude devant un feu rouge… manifestement, le code de la route n’est pas universel, 3 coureurs brûlant allègrement le feu sans qu’aucun signaleur ne soit présent…

Longue est la montée, 23kms, Gary se souvient qu’il y a 2 ans, il avait toute la montée avec Phil2. Richard lui emboite le pas une dizaine de minutes derrière suivi de Phil qui  décidé de faire l’étape à fond, de Marc qui a pris congé de Phil2 dès le pied du col et de Thomas qui adopte un rythme régulier dans l’ascension.

Au sommet, une brève descente nous mène au passo Coé, la ou Tullio Capagnolo dans les années 30 expérimenta son premier dérailleur.

Il ne nous reste plus qu’à nous laisser glisser sur Rovereto en admirant la vue splendide sur les montagnes de la province du Trentino.

Ce soir, à l’hôtel, commence à régner une douce euphorie, plus qu’une étape demain, de l’avis unanime, que cela passe vite quand on s’amuse.

 

 

23:29 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/07/2014

5ème étape : Fiera di Primiero-Crespano del Grappa 122kms 3.000m de dénivelé

Ce matin, stupéfaction au réveil, pour le team de lux ! Une sorte de boule jaune est apparue dans le ciel et reflète une jolie lumière sur les flancs de la montagne qui nous entoure. Enfin, une vraie belle journée sur cette Transalp. On le remarquera d’ailleurs à l’arrivée à Crespano Del Grappa, le thermomètre nous indiquera 32°. Nous avons pris 30° en 48 heures.

L’étape qui nous est proposée ce jour nous offre 3 cols à escalader. Francis a, d’ailleurs, remarquablement plastifier les profils de chacun des cols pour les donner aux membres de l’équipe.

http://www.tour-transalp.de/fileadmin/user_upload/strecke/2014/img/HP_Etappe05_STT.jpghttp://www.tour-transalp.de/fileadmin/user_upload/strecke/2014/img/HP_Etappe05_STT.jpg

 

Nous partageons nos souvenirs, et le Monte Grappa nous semble à tous et de loin, le col le plus dur de la journée, 29kms d’ascension dont les 8 premiers particulièrement régulier et difficile avec ses 9-10% et le reste totalement irrégulier présentant de partie plus plate voir même légèrement descendante et des rampes à 17-18%.

Nous logeons à une quinzaine de kilomètres du départ et nous décidons donc de rejoindre le sommet du dernier col que les 4 valeureux ont empruntés hier en voiture avant de nous laisser glisser gentiment sur la ligne de départ.

image.jpg

La météo est superbe et nous profitons même d’une terrasse quelques minutes avant le départ.

 

Photo : Sonne da. Teilnehmer nicht.
Sunshine is here. But where are the riders?

 

9h, le starter libère les concurrents, le team de lux fait route ensemble en direction du passo Gobbera, 1ère difficulté de la journée. 8 maillots verts, le soleil, le rire cultivé sur le vélo aussi, c’est beau une équipe.

Le passo Gobbera se monte à un bon rythme, c’est relativement court 6kms et la pente est régulière à 6%, Gary pour une fois derrière nous, prendra congé de Liz, Francis,Phil et Phil2, passera Thomas qui est en difficulté, les développements proposées par la roue en prêt de l’organisateur n’étant pas forcément faite pour enchaîner les étapes de montagne.

Gary, fatigué par l’étape dantesque de la veille, fera route jusqu’au sommet du 2ème col avec Richard et Marc, qui eux, comme Phil2, n’ont pas l’étape d’hier dans les jambes.

Bref ravitaillement, et on s’engage dans la descente nos menant au terrible Monte Grappa qui nous offrira au sommet une vue splendide sur la vallée avoisinante.

Flying Riccardo et Ironmarc entament l’ascension ensemble, Gary qui a mangé tout ce qu’il trouvait au ravito les suit pas loin. Phil2, après avoir fait la descente en compagnie des leaders dames, qui le remercieront d’ailleurs pour les relais, se lancent également dans la montée.

Thomas souffrira dans cette première partie, la pente est peu propice à son 39x26.

Francis, comme à son habitude, a bricolé son garmin, cette fois, c’est le support qui a laché, a distancé notre poulet de 6 semaines dans la descente pour entamer seul l’ascension.

Quant au poulet, marqué comme ses camarades qui ont parcouru l’étape d’hier, il a décidé de gérer son effort et de faire l’étape à sa main.

Dans le Monte Grappa, nos 3 ténors jouent au chat et à la souris.

image.jpg

Richard, Marc et Gary se passent et se repassent au gré de la pente, ce dernier reprendra l’avantage dans les derniers kilomètres et fera une dernière descente tambour battant pour terminer 10’ devant ses 2 camarades.

Phil2, qui a fait l’étape à son rythme, terminera avec le sourire 20’ derrière son coéquipier Britannique.

Thomas complétement épuisé par les rampes abruptes arrivera bien marqué par l’effort peu avant notre old timer d’Arville qui affiche toujours une forme éblouissante au grand dam de Marc qui devra se trouver un nouveau coéquipier pour l’année prochaine.

image.jpg

Phil arrivera, quant à lui, en un peu moins de 6h à peine marqué par l’effort.

image.jpg

Npus rejoignons en vélo notre magnifique hotel situé à 9kms de l’arrivée, un petit décrassage s’impose, et nous dégusterons un bon plat de jambon italien en attendant le retour de Liz.

Applaudissement à son arrivée, Liz est rentré sans encombre, gérant ses forces dans la dernière ascension même si celle-ci lui a paru horriblement longue. Francis et Richard l’ayant attendue sur la ligne pour la raccompagner.

image.jpg

Tournée de coca light pour elle et plat de jambon italien pour tous.

Et maintenant place au …

image.jpg

18:39 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/07/2014

4ème étape : San Viglio-Fiera di Primiero

C’est avec les yeux un peu cernés mais le sourire aux lèvres que le team de lux se retrouvent au petit déjeuner ce matin, tape dans la main, commentaires euphoriques, la bonne humeur règne à table, nos diables rouges au bout d’un âpre combat de 120 min sont venus à bout du gardien de but Américain…

Phil, qui a rencontré son ami Hannes, avait d’ailleurs prédit une victoire

Les préparatifs vont bon train quand la météo, une fois de plus, tourne au vinaigre

image.jpg

. La pluie et le froid nous accompagneront encore pour cette 4ème journée. Riccardo météo ne l’avait pas vu venir.

Nous nous dirigeons vers la ligne de départ lorsque notre météorologue nous annonce qu’il ne prendra pas le départ, Phil2 qui n’attendait que cela lui emboite le pas. Marc fera de même peu après et Liz convaincue par son coéquipier rangera le vélo dans la tdl mobile également.

image.jpg

Ces derniers en compagnie d’Amy et Aurèle rejoindront l’hôtel l’esprit un peu triste malgré tout.

Nos 4 courageux diables verts s’en iront donc défier les 154kms et 3.500m de dénivelé de cette étape marathon au travers de gouttes et des cols qui les conduiront vers Fiera di Primiero

http://www.tour-transalp.de/fileadmin/user_upload/strecke/2014/img/HP_Etappe04_STT.jpg

 

Nos 4 valeureux s’engagent donc dans l’ascension du Furkelpass, 7kms à 8,5% de moyenne. Un dernier salut devant l’hôtel et la pente se fait sévère.

Les concurrents, conscients de la longueur de l’étape, entament la montée sur un mode « prudent », pas le temps de boire un « gluckwein » au sommet du Furkelpass que la vertigineuse descente est abordée sur le même mode prudent, brouillard et pluie battante oblige.

Gary, orphelin d’un coéquipier qu’il ne verra qu’à l’hôtel, mène la danse. Il avait pourtant décidé d’aller piano jusqu’au passo Giau.

Phil et Thomas, suivent les consignes du coach, et roulent ensemble en direction du terrible Passo Giau. Suivi non loin par notre courageux oldtimer d’Arville.

Thomas, toujours sous le déluge conduira un bon groupe seul durant de longs kilomètres jusqu’à Cortina d’Ampezzo, pied du plus grand col de la journée. En signe de remerciement, il se fera déposer par le groupe dès le pied du col… Il sera cependant attendu par notre poulet Gaumais ne pouvant se résoudre à laisser son équipier au bord de la route.

La dure ascension est avalée par un Gary en forme pré-triathlion, suivi de Thomas légèrement détaché de Phil et de Francis, pour qui la Transalp pourrait consister en un aller-retour, ce ne serait pas un problème.

La partie la plus dure de l’étape est derrière nos amis, il leur reste à dompter la passo Cereda après la descente du Passo Giau.

Mais tout n’est décidément pas si simple sur cette épreuve. Au milieu de la descente, alors qu’ils sont en passe de réaliser un excellent temps dans des conditions déplorables, la roue arrière de Thomas choisit de se briser, impossible de continuer. Phil restera auprès de lui en attendant que la voiture-dépannage ne vienne le secourir avec une roue de remplacement.

50’ de perdue…

Francis concentré dans la descente, ne verra pas, les maillots verts arrêtés sur le bord de la route et continuera son chemin jusqu’à l’arrivée.

Gary ralliera l’arrivée en 6h22, Francis en 7h06 tandis que Phil et Thomas pointeront en 7h41…

image.jpg

image.jpg

A l’hôtel, les suiveurs sont rassurés, tout le monde est rentré à bon port.

La bonne humeur est de rigueur, nous venons de passer le cap de la mi-course et la météo s’annonce enfin bonne.

Continuons à cultiver le rire …

19:45 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |