30/06/2015

Tour transalp : etape 3, Davos-Livigno, 133 km, 3000 D+

 

IMG_2405.JPG

Lever habituel, le petit train-train du coureur à étape commence à revenir. Les petits détails sont réglés comme du papier à musique. Petit dejeuner, bidons, vélos. Et déjà sous un soleil de plomb (il fait 26°, il est 8.15), nous faisons la connaissance du club des 3X20 d’Arville, qui vient en bus soutenir et remonter le moral de notre Francis, l’homme qui roule en sifflotant malgré 37 côtes froissées.

Comme d’hab, on attend Pierre pour rejoindre les blocs du départ et pour découvrir que le vieux couple Borquo-rochefortois n’est pas rétrogradé dans le bloc D et peut encore faire la causette avec le couple arvillo-luxembourgeois, les autres teams nous dédaignant de leur bloc B.

Départ neutralisé pendant 20 km, à une vitesse bien plus lente que les autres années et qui coutera à Richard une petite chute sur glissade de la cale sur le tarmac, engendrant un déreglage de son DI2 (c’est donc possible se dirent les béotiens). La fin de la neutralisation, donc le début de la course correspondait à la fin d’un tunnel en descente interminable (4,5 km) et au début du premier talus de la journée.  Arrivée à Tiefencastel, le trajet ne passait pas par le pied du col de la Bernina, mais par un tape-cul de 4 km avec une pente moyenne de 10%, et le coach qui avait trompé tout le team la vieille lors du briefing pleurait de grosses larmes de sueur en voyant la route normale serpentant dans le fond de la vallée. Soit on la rejoignait bientôt et on ne la quittera que 35 km plus loin. Cela montait,  un peu, beaucoup puis plus et cela descendait un peu avant de reprendre de l’altitude. Soit on nous avait vanté le paysage, mais avec une telle distance, eh bien oui, on se lasse…

Rapide descente vers Silvaplana, petit détour par St-Moritz, là où réside le Dr Ferrari pour entreprendre le Bernina pass, long de 15 km, mais aux pourcentages plus amitieux. Une vue splendide du glacier de la Bernina dans son cirque de neige nous rafraichira sur la route, comme le vent qui nous tombait droit dans la face. La fin de la montée, sur un long faux-plat semblait descendre, heureusement le flot du torrent et l’altimètre nous garantissaient l’inverse. Ce sera un passage difficile pour tout le team, et particulièrement Richard, qui à la suite de ses déboires mécaniques,  n’a pas assez bu.

Après quelques km de descente on termine la journée par 3 km assez pentus pour passer la Forcola di Livigno et débuter la récupération en moulinant vivement pour atteindre Livigno 10 km plus bas.

Bonne petite journée pour le classement, on remonte  quasi tous de quelques places, même le petit poney. Francis rajouterait que Bart Burry est maintenant premier du classement, mais cela ne nous regarde pas, Thierry.

Apéro sur la terrasse du magnifique hôtel ****, et là, la surprise du jour, Liz, enfouie de l’hôpital,  tel un animal sauvage, privé de liberté et de montagne, nous a rejoint pour la fin du périple, laissant son coude récement opéré, pendre sur la portière tout le trajet. On ne sait pas encore si elle va pouvoir dormir avec son homme, qui est en couple avec Franck, jusqu’à samedi.

Excellent repas gastronomique et coucher tôt, demain l’étape reine, sous le soleil….

 

image1.JPG

image2.JPG

image3.JPG

IMG_2394.JPG

IMG_2396.JPG

IMG_2397.JPG

IMG_2398.JPG

IMG_2399.JPG

IMG_2402.JPG

 

 

23:02 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.