25/08/2011

ETAPE 5 SERRE CHEVALIER/PRA-LOUP

 

etape5_0.gif

Donc dès potron-minet, nos sacs seront clos , avant le pti dej. Martin s’inquiète pour sa brosse à dent et Thierry pour la pommade à cul ; cela doit être culturel se dit Francis.

Et d’ailleurs, qui y a-t-il dans nos sacs ?

Nous faisons une course cycliste, donc il y a des médocs, mais essentiellement pour si un pépin survenait (on n’est pas des pros). Nous avons 3 tenues complètes TDL et la combi de CLM (il nous paraît important de conserver toujours la même tenue et le même T-shirt, histoire qu’ils se souviennent de nous). Donc 1 short, un training, un pull, des baskets  et 2 t-shirts TDL. La trousse de toilette , le pyjama, le compex, des chaussettes de récup, un pantalon de récup, des poudres à boisson de récup, des pantoufles. N’oublions pas les w-cup du seigneur et les pipettes du Willy, rajoutons jambières, genouillères, brassières, buf,  kway avec et sans manches, casquettes,  2 slips. Et ce foutu portable qui me brule les c….. toutes les fins de course afin de vous tenir informés. D’une manière étrange, si mon sac se vide quelque peu au fil des jours par la vidange des w-cups, celui de Francis s’alourdis ; en effet, de chaque hôtel, il ramène les savons, le shampoing , les pantoufles, .., pour le prochain concours de couillon du club. Revenons à l’étape du jour.

Départ de Serre-Chevalier en convoi pour 6 km, soit la traversée de Briançon et nous voilà lâché à notre bienheureux sort, c'est-à-dire la grimpée du versant nord de l’Izoard. Il fait frais, et les manchettes et gilet ne sont pas de trop : le soleil n’illumine que les sommets à cette heure. Et pour les atteindre il nous faudra vingt bornes bien sympathiques. La route est large avec une voie cyclable, elle serpente dans les prés, puis dans des forêts odorantes pour déboucher sur quelques alpages au niveau du refuge Napoléon, pas de gros pourcentages, un temps frais, je suivrais Francis presque jusqu’au sommet.

izo1.jpg

Ravito habituel  au sommet et vertigineuse descente du versant sud, en passant par la case déserte et sa petite remontée dans ce milieu lunaire, un rapide regard vers la stèle Bobet/Coppi. Ensuite on s’enfile à toute berzingue Brunissard et Arvieux pour tomber dans la vallée.

izo2.jpg

Là, enfin, les rouleurs sont à la fête et je me fais des amis qui restent aux fesses. Nous arrivons ainsi  à Guillestre, la clé du Vars. Au rond point, les flics nous font passer à gauche car un des concurrents à chuté. Les secours sont déjà là, nous espérons que c’est le seul du périple.  Donc on poursuit la route par ce magnifique col, la température est toujours clémente. Cette fois c’est 19 km avec un bon replat en son milieu et du vent de face en son sommet.

vars1.jpg

 

25D70B1-140x140.jpg

 

Deuxième ravito de la journée, le préposé me remplit gentiment les deux bidons pendant que je m’enfile le pti coca habituel, je veux repartir, mais plus de bouchon sur le bidon, il nous faudra 5 minutes pour le retrouver dans la poubelle (je pose d’ailleurs réclamation).On bascule dans la vallée de l’Ubaye, où plein de souvenirs de vacances avec le club de Vaux me reviennent en mémoire. Superbe descente où je me fais plaisir à chaque relai,  j’en reprends un, puis deux autres,  et ainsi on sera pour finir une dizaine de types avant Barcelonnette, qui est le pied de la montée de Pra-loup, de sinistre mémoire pour les merkxistes.

PraLoup.gif

Dans le peloton, un parisien qui roule sur un Peugeot des années 80, avec 53/38 et 8 vitesses à l’arrière jusqu’au 27, ce sera mon Thévenet et j’espère réécrire l’histoire.

merckx.jpg             merckx pralou.jpg

 

http://www.youtube.com/watch?v=Y7oAypajngk&feature=re...

 Dès le pied de la côte de 7 km, le groupe éclate et je me retrouve bon dernier, mon nanard est avant-dernier, il creuse sur moi avec son développement de bucheron. Puis comme dans un bon film, je reviens et à 3 km de l’arrivée nous sommes à même hauteur, près de l’église de Pra-loup 1500, là où il y a 36 ans… Je n’ose le regarder et accentue ma cadence, incroyable, je peux encore accélérer. Bon, je ne rattraperai pas Gimondi Francis, mais j’aurais un peu nettoyé cette horrible souffrance enfantine.

Dans le team de lux comme dans le clan belge de la haute route, la journée s’est très bien déroulée sans  aucune défaillance et nous avons croisé Thierry  qui est maintenant avant-dernier dans cette dernière montée, puisque notre hôtel se situe à Barcelonnette, et il avait une bonne avance sur les commissaires. Il faut juste noter que Francis recommence à tousser.

Nous demeurons un peu inquiets pour demain car le départ officiel est à l’arrivée et on ne compte pas remonter ces 7 km en échauffement. L’organisation a prévu une solution mais nous devrions remonter là-haut au briefing, ce qui nous arrange pas des masses. Nous vous tiendrons au courant de ces petits soucis organisationnel. Demain un col mais lequel (la Bonnette avec ses 2800m) puis une côtelette pour atteindre Auron. Ici on pense déjà au champagne.

praloup.jpg

Logo_noir_blanc-pra loup.jpg

17:20 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bravo, je tiens a vous féliciter pour votre apport sur ce sujet. C'est exactement le commentaire qu'il nous faut!

Écrit par : Cath, résidence 4etoiles csm | 25/08/2011

Elke dag lees ik met veel plezier jullie belevenissen en stel vast dat het een zeer zware "haute route" is
Het spijt me verschrikkelijk dat ik er niet bij kan zijn om jullie de nodige ondersteuning te geven.
Ik wens jullie vandaag (vrijdag) veel moed en hoop dat jullie geen valpartijen of pech moeten meemaken!
Hou er de moed in .De champagne kan koelen !
Nog 2 ritten en dan een feestje bouwen !

Groeten,
Aurèle.

Écrit par : WELVAERT AURELE | 26/08/2011

Les commentaires sont fermés.