27/06/2011

2 e étape Imst – Iscghl :149 km , 2900 M de dénivelé

Ici vos reporters favoris en direct d’Imst, toujours dans l’attente que la DH nous détache son meilleur journaliste sportif, mais celui-ci étant trop occupé par le championnat d’Europe de petite balle sur la table avec 2 palettes et un petit filet que nous nous devons encore d’assurer les commentaires cette année.

Lors de nos 4 éditions précédentes, la 2ème étape a toujours été celle où nous avons rétrogradé au G et toujours notre moins bonne étape. Ici on sortait d’une bonne 1er étape (196 ème toutes catégories confondues ( sur 650)  et 66 eme dans notre catégorie. Objectif du jour, essayer de rester dans le top 200.

La soirée d’hier fut très conviviale dans ce plus vieil hôtel d’Europe situé à Imst ou nous avons dégusté le menu spécial cycliste sur la terrasse. Aucun excès si ce n’est 2 verres de vin et une petite bière, histoire de (re) mettre de l’essence dans le moteur ( pas du diesel, le TDL ne roulant qu’à l’essence de qualité taux d’octane 98). Couché un peu tardif, problème de connexion internet oblige.

Réveil 6h30 car contrairement à la première étape, toutes les autres étapes partent à 9h

Francis, ayant de nouveau sa jante qui gondolait ( et pourtant on n’est pas à Venise), décide de changer sa paire de roue ( no stress, nous avons 5 paires de roues avec nous) et de remettre ses roues durace.

DSC_0006.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Le TDL est dans le bloc b ( 100 à 250 ) et les super de lux dans le bloc C idem pour le team de lux international. Il fait déjà pétant de chaud, on va encore y laisser quelques kilos aujourd’hui. 

 Départ neutralisé pendant 20 km jusqu’à Landeck puis c’est parti pour 34 km d’ascension du Arlbergpass .

DSC_0034.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premiers  28   km sont roulant avant d’attaquer la partie dure du col soit 6 km à du 9% de moyenne. Au pied de la partie difficile, l’aigle de RamelDANCH, comme hier, prend son envol, on ne reverra qu’au 2ème ravito. Il est impressionnant de puissance. L’équipe TDL , comme prévu pendant le briefing, reste ensemble pour la montée. A 1 km du sommet, le domestique du seigneur prend ses 2 bidons pour voler vers le ravito qui se trouve au sommet et recharger 4 bidons. Le seigneur ne s’arrête pas et son palefrenier    doit le ravitailler en début de descente. Crime de lèse majesté, celui-ci a oublié de mettre le su-suc du patron dans le bidon.  Il se fait dégrader sur le champ au rang de gueux. 

Le poulet pulvérise son record de vitesse dans la descente, 84 km/h tandis que le boss fait connaissance avec le guidolinage ….. dans un tunnel. Il s’en fut refroidi pour le reste de la journée. Le Team de Lux international nous rejoints également dans la descente et c’est avec 4 team de lux et 4 team veltec que nous nous lançons dans l’ascension du 2 ème col de la journée, le terrible Bierhole, aussi connu des randonneurs et vacanciers sous le nom de Silvreta. Et là c’est du lourd, du gros lourd, 43 km avec d’abord une approche de 30 km en faux plat montant.  Bon petit peloton d’une 30 aine de coureurs, mais keine chance, on est arrêté à un passage à niveaux ( si on était Marseillais, on vous dirait que l’on a perdu 15 minutes, mais non, juste quelques minutes). Le poulet en profitant pour confier son vélo à thierry S du TDLI pour assouvir sa petite vessille mais re-keine chance les barrières se lèvent quand le poulet a son cuissard sur les genoux et voilà Thierry S coincé avec un deuxième vélo en main). Arrêt pipi reporté donc . Dans le peloton cela tourne bien, le poulet, qui commence à acquérir quelques notions de course ( mais toujours pas de mécanique) , sentant la cassure, demande à son maitre de remonter dans le peloton  . pPour une fois, celui-ci obtempéra sans grommeler.  Bien nous en pris, car juste dernière nous, 8 coureurs ( dont Thierry S du TDL international ) tombent ( dont un soleil complet, mieux connu également sous le nom d’un Richard intégral) .

Après le dernier ravito ( cette fois sans oublié le su-suc du patron , sans pour autant remonter dans l’estime de celui-ci), on se lance à l’assaut des 14 km derniers km et bien que nous connaissions déjà ( 3 ème grimpée), c’est vraiment un col long et très dur ( 8% moyenne). On s’accroche, on ne bave pas, on enfile les lacets et cela monte fort et dur et le dénivelé augmente à la vitesse v v’.

 

A 3 km du sommet, le seigneur se (re) plaint, il n’a plus d’eau, je lui répond qu’il ne m’en reste quasi plus. Rien n’y fait, en bon seigneur, il confisque le bien d’autrui , tant pis pour le gueux, même s’il doit mourir de soif. Plus que 2 km le gueux reçoit son bon de sortie pour prendre de l’avance pour la descente. 500 M plus loin , miracle une petite source, je m’arrête pour remplir un bidon et attend mon bon seigneur. De nouveau pas le moindre geste de gratitude.  La descente vers Iscghl est très rapide et longue ( 17 km) avec un passage à Galtur ( petit souvenir de feu l’abbé Leduc) et le seigneur rejoins le poulet à l’entrée de Imst et nous passons la ligne ensemble en 5h39 soit 26,7 de moyenne, toujours sans la moindre tape amicale (mais tout seigneur qui se respecte doit garder ses distances avec ses vassaux ) pour remercier le gueux de son dur labeur.

 Nous terminons 203 ème au G  et 61 ème (sur 220) dans notre catégorie donc heureux car objectif quasi atteint. 

DSC_0079.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’aigle, qui a fait de nouveau une superbe étape était déjà quasi dans son lit (oeps, non, nid) et les membres du Team de Lux international terminant sur nos talons 9 minutes derrières nous.

DSC_0069.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant à Francis me direz vous ? Comme un malheur ne vient jamais seul,   la K7 de sa roue duraace étant mal fixée, il dut changer de roue après 1 km de course. En bon marseillais qu’il est , il dit avoir perdu 15 minutes, un témoin présent sur les liens parlant lui de …. 5 minutes. 

DSC_0061.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa toux ayant refait son apparition depuis hier, il fit l’étape assez diminué mais en bon ardennais qu’il est, il mis un point d’honneur à terminer celle-ci, accueilli comme il se doit par le comité de réception du TDL et par Gérard dès la ligne d’arrivée franchie.

DSC_0085.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hôtel, compex, massages , blog, pas le temps de visiter les belles villes où l’on séjourne mais on reviendra.

Ici Imst à vous la province du Luxembourg.

PS suite aux nombreuses réclamations sur l’heure tardive de la publication du résumé de la journée, nous essayerons de poster ceux-ci plus tôt.

2 PS : HELLO KARL MANY THANKS FOR YOUR MESSAGE,  REALLY APPRECIATED, THIS YEAR WE HAVE LOST A BIT OUR FIGHTING SPIRIT WITH YOU AND OLAF NOT BEING THERE BUT WE ARE TRAINING HARD FOR NEXT YEAR. IT WILL PAY ONE DAY;

3PS : si vous voulez consulter les résultats :

http://www.tourtransalp.de/  et cliquer sur ergbenis

18:55 Écrit par Thierry&Phil | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Bon il serait quand même temps qu'il change de monture noss françis...

Visiblement les étapes sont loin d'être de tout repos!

allé les gars! on ne lâche rien! bonne continuation!

Écrit par : Eric Ska | 27/06/2011

Alors, le seigneur dort avec son vassal maintenant?Bonne continuation et un bisou particulier à mon petit papa pour ses 48 ans.

Écrit par : Louise(fille du Seigneur) | 28/06/2011

Super les gars. Le Ventoux paraît facile par rapport au Mortirolo, surtout avec les longs passage à 18 %. Bonne journée demain

Écrit par : Tuck | 28/06/2011

Les commentaires sont fermés.