01/07/2010

5 ème étape : Alleghe-Kaltern 115 km 2.607 M dénivelé

etappe05

DSC02423
 

C’est peut-être l’étape de transition de cette semaine, enfin le commun des mortels pourrait le croire. Les vieux transalpiens savent que ici, il n’y a pas de transitions et que beaucoup devrons ramer ce jour

DSC02430

Il était inscrit dans les astres que toute étape passant par Falcade est une étape maudite ( voir l'aventure des  zozos à la transalp tome 2 2008)

Lever anxieux ce matin : on nous refusait l’accueil de notre chambre pour nos belles maîtresses et nous avions bien peur de les laisser aux mains des hôteliers. Nous avions donc mis les bécanes dans les voitures, avec cadenas enroulé sur le volant et parquer les voitures dos au mur (5 cm) d’une banque éclairée avec une caméra fixe. A peine levé que…. ouf, pas cette fois-ci pour nous, mais nous apprendrons que 15 bécanes se sont fait la malle cette nuit parmi les concurrents. Que bella italia !!

DSC02421

 

La vie de coureur par étape commence a être bien rodée, et nous voilà déjà de nouveau au bord du lac turquoise

DSC02429


dans ce sas C que nous ne pouvons quitter cette année. Avec nous cette équipe féminine associant vosgienne et anglaise que nous côtoyons chaque année et qui sont 8ième dans leur catégorie mais qui alterne bon et moins bien cette année, tiens tiens. Avec nous également les TDLSDL.

DSC02433

Départ neutralisé sur les chapeaux de roues pour accomplir 8 km de descente pour se retrouver au pied du col San Pellegrino, soit 18km avec 3 bons km à Plus de 10 %. Après 9km nous repassons à Falcade, devant ce putain de bordel d’hôtel ou l’irréparable s’était commis. Malheureusement personne n’a eu le courage de se coltiner dans la musette une grenade à leur foutre dans la gueule. Enfin nous quittons Falcade sur nos montures et quand nous laissons le passo Rolle sur notre gauche, nous sommes submergés par des pentes à 12, 14, 16 et même 18%. Francis et Marc, qui ont le bon pied (marin) surfent sur ces vagues, nous ne les reverrons plus. Thierry, comme bien d’autres se noie, s’asphyxie, tout en sueur, il prend eau de toute part. Nous passons enfin le sommet où le ravito revigore les morts.

Geissler_05_Etappe_036

 Même Aurèle et Luc ont eu quelques difficultés dans cette montée avec leurres grosses cylindrées, enfin on parle des voitures. Descente rapide qui nous ramène dans la vallée du Pordoi enprunté il y a 2 jours, mais laissé de côté apres quelques km pour tourner à gauche et entreprendre le Costalunga, petit col de 10 km sans gros pourcentage. Le petit poney se cache du vent derrière le grand gaumais. Les trois derniers km sont plat et le vent de face. De nouveaux, fabuleuse descente où les km passent bien trop vite. La dernière grosse montée de la journée peut débuter. Pas d’infos préalable sur ce col, tout au plus 9 km à 6 % . Si les deux premiers km correspondent bien au schéma, le reste est des plus irrégulier. Je demande à mon guide de m'attendre jusqu'à la dernière montée répertoriée de la journée car ayant grâce à mon hometrainer Fortius et google earth réalisé la fin de l'étape, je sais qu'elle est piégieuse. Nous passons donc l'un derrière l'autre le Deutshofnen passe et là j'enclanche le turbo.

Malheureusement, une mésentente s'établit quand je dépasse Phil. Il pense que je dois l'attendre comme le vent est de face, quand je pense que je dois prendre le plus d'avance possible puisque immanquablement il me reprendra dans les 10 derniers km qui sont plats pour 7 et avec 5% de montée pour les 3 derniers. Phil me reprend donc au pied de cette dernière côte, quand je suis bien affaibli par ce plat dans la vallée où la température avoisinne les 38° et mon dévellopement le 53*15. Chouette me dis-je, je prends sa roue jusqu'à l'arrivée. Mais Phil me reproche ces km seul et pour me châtier, me dépose sur le bas côté en m'enrhumant comme une grosse .... je le vois accélérer dans cette ultime difficulté et cela me coupe les jambes. Vous comprendrez mon immense courage à passer la ligne quand même dans des délais raisonnable. Demain, vous aurez droit à sa version des faits et jugerez.

Enfin une étape de plus et plus que deux avant de regagner nos pénates.

Nous rejoignons donc pour la troisième année de suite le même hôtel, à 2 km de l'arrivée et 1000 m au dessus pour profiter un peu de repos avant l'étape de demain qui n'est  pas une sinécure. A l'apéritif, pour  moi, un San Pellegrino avec glace, j'en ai envie depuis le km 28 de ce jour quand mes compères goutent la pils du coin.

 

DSC02436

22:24 Écrit par Thierry&Phil dans Algemeen | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bloc B Continuez sur votre lancée.Vous allez tous finir dans votre bloc favori,le bloc B.

Écrit par : Guy Weber | 02/07/2010

Phil qui vagabonde,Thierry qui cravache,Francis qui jubile et Marc qui suit.Le team est toujours complet et les deux dernières étapes pour remettre les pendules à l'heure.
Bonne route les gars......Joss

Écrit par : Joss | 02/07/2010

Les commentaires sont fermés.