16/09/2008

3 ème étape ( ou 2ème vu la journée de repos forcée) : Lienz-Hermagor

115 km et 2445 m de dénivelé. Réveil des braves exceptionnellement à 7 heures au lieu de 6H30 vu que notre hôtel se trouve en face de la ligne de départ. Petit dej, rangement des valises, vérification des vélos et nous gagnons le sas de départ. Nous sommes tous les 3 dans le bloc A (soit avec les + rapides et on se demande un petit peu si nous sommes à notre place). Nous avions oublié de vous dire qu’en plus de la 2 ème place de Pepeto Schautetto, l’équipe tdl ( le seigneur et son poulet) ont terminé la première étape 9ème de leur catégorie ( masters) et nous sommes 20 ème au général toute catégorie confondue. cette 3ème étape fait peur, quasi tout le dénivelé se situe dans les 48 ers kmC Le graphique ci-dessus est à lire de droite à gauche. Après avoir quitté cette magnifique place de Lienz, 3, 5 km de plat neutralisé jusqu’au pied du 1er col, soit 5 km avec des % moyen entre 9 et 12 %. Cela arrache et nos jambes brulent. Thierry qui a reconnu ce 1er col hier monte à sa main, la tactique de l’équipe aujourd’hui étant que Phil prenne de l’avance et bascule en premier au sommet du dernier col soit après 45 km et que le seigneur rattrape le poulet dans ce que nous croyons une longue descente de 65 km vers la ligne d’arrivée. Les 3 ers cols s’enchainent à une cadence infernale, pas vraiment le temps de récupérer entre, en fait il s’agit de cols à flanc de montagne. Le paysage est magnifique, pour moi une des plus belles étapes, transalp inclues. On est une douzaine à passer ensemble ces 3 cols, dont le leader des grand masters, soit le concurrent direct de Françis. Dans la descente du 3ème col, je me fais lacher comme à mon habitude et hésite à effectuer l’effort pour combler les 50 mètres de trou au bas de la descente. Mal m’en prend, je me tape toute la vallée, soit un faux plat montant d’environ 10 km seul fasse au vent. Je me relève et roule sans forcer en attendant le retour de thierry. Le dernier col se monte assez facilement. Je demande à une dame qui fait un ravitaillement au milieu de la montée d’indiquer à thierry le délai entre nous deux afin qu’il ait une idée de l’écart. Uun petit peloton se forme au sommet. Je me retourne et pas de sanglier à l’horizon, ni de pepeto. Nous basculons dans ce que nous croyons être une longue descente interminable de 65 km mais que neni, il s’agit plutôt de montagnes russes à flanc de coteau. Dans notre groupe un deuxième belge de l’équipe des lawers spurters , mais il est seul sans son coéquipier. Nous essayons de passer notre solitude ensemble en papotant. La descente est assez technique et dangereuse, un coureur de notre peloton ayant failli prendre une voiture en coupant un peu trop court un tournant. Après un quart de la descente, un peloton nous rattrape. Je me retourne en essayant de trouver un maillot vert. Je ne vois rien, puis si, il est bien là le jusqu’au boutiste fou. Je pousse un cri de joie intérieur, notre plan a marché, reste à terminer ensemble. On s’échange 2 mots, pas le temps de se raconter nos vies dans ce casse patte et cet enchainement de descente, remontées pendant 300 mètres et ce à ne plus en finir. Au bas de la descente, notre peloton fort d’environ 25 coureurs ne s’entend pas vraiment, cela tire fort pendant 1 km puis grosses décélérations, ce sont toujours les mêmes qui travaillent ( y inclus les 2 sangliers du tdl) Nous passons ensemble ( d’après thierry il avait un boyau d’avance) la ligne d’arrivée, environ 6 èm de notre peloton., et ce en 4h09 soit une moyenne d’environ 28 km/hAurèle et Luc, nos accompagnateurs ne sont pas là, on avait prévu d’arriver en environ 4H15. Ils sont tout surpris quand ils arrivent que l’on soit déjà arrivés. Pepeto Francisco arrive 19 minutes plus tard dans une forme d’enfer, tout c’est bien passé pour lui sauf qu’il a voulu imiter Lance ( pas celui de Remi-Champagne) et a effectué un tout droit dans la descente du dernier col. Plus de peur que de mal, il n’y avait ni clôture, ni précipice, ni belle autrichienne, ni marguerites. Il est heureux, il conserve la 2ème place , l’écart se creuse avec le 1er ( qui est arrivé avec nous) mais le 3 ème est à 22 minutes au général. L’équipe du TDL termine 8 ème de sa catégorie et 20 ème au général de l’étape, quand au général depuis le départ on reste à la même place 20 ème et on gagne une place dans notre catégorie ( 8em)Nous logeons comme à ce qui deviens une habitude, en face de la ligne d’arrivée, au Cube Hotel dortoir luxueux d’architecture avant gardiste. On se croirait à Beiging au village olympique. Nous sommes bien obligé de retourner au podium qui se situe dans le lobby de l’hotel pour fêter notre ami francis.

19:15 Écrit par Thierry&Phil dans Algemeen | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

encore une fois félécitations à Francis. Si Phil et Thierry gagne une place par jour ils seront sur le podium samedi. Allez on y croit les sauss

Écrit par : katrien | 16/09/2008

BON COURAGE félicitation pour francis et votre 20 ème place au classement . vous vous aver de la chance et du courage: la chance d'être dans un hotel spécial et de ne ni aller à l'école ni au travail et le courage de faire autant de vélo à -5 degré celcius. JE VOUS SOUAITE BONNE CHANCE POUR LE PODIUM et POUR LA SOIREE.
BON COURAGE ET BONNE ROUTE.


OPHELIE

Écrit par : ophélie | 16/09/2008

vous ête bein parti pour une médaille bonne chance pour la suite j'èspère te revoir bientô aller team de lux
.





































































































Écrit par : gilles | 16/09/2008

on continue à vous suivre les gars :très bon résumé, on s y croirait sauf que nous , on n a pas mal aux jambes !

Écrit par : jean-paul | 16/09/2008

Salut les gars,

Bravo pour tous ces exploits et récits, c'est vraiment chouette de parcourir votre blog chaque soir (et de se brancher tous les matins à 9h pour la webcam en sirotant en café). Bon duo entre le coach et son poulet, on voit que l'expérience des épreuves précédentes fait son oeuvre. A fond les gars ! Sir Francis, je demande officiellement ton anoblissement à la reine d'Angleterre :)

Écrit par : Augustin | 16/09/2008

Francis, Lance de Remi-champagne est fier de toi, d'avoir su éviter les pièges de la montagne... fais quand même gaffe à tes roues carbone.
Trois podiums d'affilé ... super.
Bonne chance à Phil et Thierry ... un podium est possible ... en tout cas vous le méritez pour votre courage.

Emile

Écrit par : EMILE | 16/09/2008

Les commentaires sont fermés.