16/09/2008

2e etape

Deuxième étape : Neukirchen-Lienz, ou ce qui aurait dû être.

Etape de repos un deuxième jour de course, y sont fous ces teutons. Lever un peu plus tardif que d’habitude et petit déjeuner plus frugal, pas de vélo oblige. L’organisation a prévu des cars et un camions pour transporter concurrents et matériel jusqu’à Lienz, le team de lux ne mangera pas de ce pain là ; nous reprendrons la TeamdeLux mobile (Jean Pol, on oublie pas ta proposition). En 45’, tout ressortir puis essayer de tout remettre, Francis y arrivera. Bon les passagers auront tous qui un sac, qui une roue, voire les deux sur les genoux. Le conducteur sera le seul libre, on tire à la courte paille et …. Vous rigolez ou quoi, c’est ma voiture.

Le temps est gris, il bruine et plus on monte en altitude plus le thermomètre dégringole. Nous arrivons à 1650 mètres devant le tunnel nous mettant en contact avec la vallée de Lienz : 3 ° et un blizzard de neige. 6 km plus loin en sortant du trou, nous sommes éblouis par le soleil et le ciel nuageux mais bien bleu par endroits. En 85 km nous rejoignons l’hôtel qui se situe en face du sas prévu pour l’arrivée. Il est bien dommage que les tapis pour les puces fixées sur nos vélos ne sont pas posées, car on arrive bien 2 heures avant les autres concurrents.

Ici, les têtes pensantes du team s’opposent quelques peu. Il y a 2 avis (non pas trois). Soit 2 heures de moulinages le long du Ravel local comme si c’était une vraie journée de repos, soit une petite étape avec reconnaissance des 25 premiers km du lendemain soit 3 petits cols et 12 kms de montées avec le plus souvent du 11%., histoire de ne pas perdre le rythme. Nous aurions bien aimé avoir l’avis de nos pairs et pères, ils se reconnaîtrons. Nous tomberons sur un compromis à la belge : une heure de moulin puis pour le plus motivé, le premier cols soit 5 km à du 11%. Pendant que le seigneur grimpera en faisant pleurer ses mollets avec les leaders de chaque catégorie, nos deux treksdandys poseront sur la gazette du jour (voir sur le site de la transaustria - Kurier). De retour à l’hôtel je ferais un compte rendu de la première difficulté, comme un bon Willy de juillet.

Il reste bien des tâches à faire pour une soit disant journée de repos :

Nettoyer à fond les bécanes

Préparer les yoghourts de récupération (+ malto et proteines)

Piscines

Tourisme dans Lienz

Compte rendu pour le blog

Compex

Massages

Faire un compte rendu de la Vuelta

Sieste

Thierry s’occupera des deux derniers points. Rendez-vous à 19heures pour un souper avec nos amis pseudo luxembourgeois (Marc vient de Flandres et Peter de Londres). La table sera de bonne humeur et Marc, malade qui a du abandonner la première etape avant le dernier col retrouvera un peu de santé et de moral pour s’aligner sur l’étape de demain. Le patron nous offrira le petit willy (qui signifie zizi en anglais mais ici en Autriche correspond à une poire williams) Seul Willy n’en boira pas et c’est un comble.

19:13 Écrit par Thierry&Phil dans Algemeen | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

les baroudeurs
Toujours devant,tel est la devise de nos baroudeurs.De plus bonne cohésion.......
Bonjour à l'ami Aurèle et à Luc.

Écrit par : Joss | 17/09/2008

Les commentaires sont fermés.