11/07/2008

6 EME ETAPE : Falcade - feltre

Après un repas copieux sur la terrasse de l’hotel hier soir suivi par nos  traditionnelles  glaces italiennes, verre de vin rouge (Lagrein pour les connaisseurs) et compte rendu  pour le blog, nous rejoignons notre chambre vers 22 H 15.

Réveil comme chaque jour à 6h 30, petite douche, on  s’apprête, préparons nos valises et petit dej (comme chaque jour la salle du petit dej est remplie de participants à la transalp, tous  déjà en équipements ( les sacs sont enlevés à la réception tous les matins à 7h). Le team de lux bénéficiant d’un traitement de faveur, suite à notre 226 ème place au général l’année dernière, nous avons droit à un directeur sportif qui nous accompagne et s’occupe de toute l’intendance.

Tant Willy que Phil perçoivent du stress chez le seigneur de la route ce matin. 

8 h, Thierry et Willy descendent au garage pour sortir les vélos et effectuer les derniers réglages et graissages. Comme d’hab phil est le dernier prêt et est toujours occupé à s’habiller dans la chambre. J’entends un cri : phil phil . Je sors sur la terrasse et thierry me lance :  «  on a un problème : nos vélos ne sont plus là »

Panique à bord : on a volé les vélos du team de lux, on s’est fait volé nos maitresses ( et viva l’italia qu’ils disaient) . Consternation,  le patron est en émoi, willy court dans ton les sens et thierry invoque son dieu : mon eddy merckx, mon eddy merckx. Thierry prévient l’organisation :  we have 2 problems,  our bikes have been stolen and second problem : we have no bike for the race.  L’organisation nous renvoie chez Rose qui s’occupent de l’assistance technique. Après 2 coups de fils, ils nous rassurent : la camionnette est en route avec des vélos de réserves. 

1er problème : ils n’ont pas de pédales time, donc thierry doit, oh sacrilège, accepter de mettre des cales shimano.

2 è probleme : on arrive pas à enlever les foutues calles time, il faut donc se résoudre à les scier.

Après nous avoir amené  2 vélos pou nain de jardin, nous recevons enfin 2 vélos à notre taille, enfin à meilleures taille ( des red bull Super light pro alu) et ce à 10 minutes du départ.  Réglages de la selle, changement de patins et nous voilà prêt pour le départ à 2 minutes du coup de pistolet le tout sans échauffement et sans avoir roulé le moindre centimètre sur nos nouvelles montures.

Ouf nous qui pensions déjà ne pas terminer après 5 jours d’efforts.  Départ de Falcade pour la dernière étape de montagne, longue de 116 km avec une dénivelée de 3239 M dont 3 cols ( 2 au dessus de 2000 mètres). 

Bild_020

Dès le départ on attaque le col  Passo Valles, soit 10 km de grimpée à une moyenne de 8,5% mais avec 1 km à 10 et 4 km à 9-9,5% et le tout sans le moindre échauffement. Thierry a dur, il n’arrive pas à tourner les jambes ( on se rendra compte à l’arrivée qu’il avait un développement 53/11 et 39/25). On décide de ne pas paniquer et de monter au train.Phil mouline sur son compact, Thierry a les cuisses endolories, Phil lui dit de pédaler plus souple, lui de répondre que moins vite que 50 coups/minutes, cela fait trop mal et que plus vite, c’est pas possible…. Phil demande alors ce que cela fait de rouler avec  un vélo trop petit, Thierry de répondre qu’il lui fera le récit complet après l’arrivée ; en effet le dos commence a s’endolorir aussi et chaque fois qu’il se met en danseuse, les genoux touchent le cintre. Une petite idée d’abandon…..  Il est de loin bien préférable de monter une femme « inhabituelle » que d’escalader un col avec un vélo « inhabituel » Au sommet, pas le temps de regarder le paysage et l’on bascule pour 7 km de descente qui nous emmène directement au pied du deuxième col de la journée, le Passo Rolle .

Le col est plus roulant que le premier, 6,5% de moyenne et thierry arrive de mieux en mieux à emmener son énorme développement.  Ravito au sommet, comme d’hab on prend de l’eau, un morceau de pastèque, petit pipi et nous sommes reparti ( le tout en moins de 30 secondes).  Thierry me demande de regarder à gauche, je ne vois rien, mais si à gauche et finalement je vois un énorme pic qui culmine à plus de 4000 mètres. Pas le temps de s’arrêter pour envoyer une carte postale et l’on s’enfile une descente de 25 km vers le pied du Passo Cereda,  le dernier col de la transalp, qui culmine à 1600 M. Bien que ce soit le dernier col, c’est le plus difficle de la journée : 8 km sous un soleil de plomb avec 1 km à du 11% , 1 à du 9,5 et 3 à 8,5%. Le seigneur de la route est impressionnant, il tire son développement avec une facilité déconcertante , rien à voir avec le premier col. Le poulet de 6 semaines essayant de ne pas le perdre de vue.  Personne ne nous dépasse, ce qui est bon signe. On passe le sommet 50 mètres l’un de l’autre . Un italien me tape sur l’épaule , c’est finito les colle.

Bild_073

Dans la descente un gros peloton d’une 30 ène de coureurs se forme,  thierry est dans son élément, phil s’accroche tant bien que mal. Il ne faut rien lacher, on ne lachera rien. Descente dans une vallée, ou plutôt dans des gorges magnifiques, mais nous n’en connaîtrons jamais le nom, cela roulant bien trop vite pour lire les panneaux indicateurs.On s’enfile des tunnels dont certains sont de vrai car wash, la boue en plus, certains totalement opaques.  Après les tunnels, c’est au tour des casses pattes, 4 avant l’arrivée, soit 4 x 2 km à du 6% de moyenne .  Thierry s’évadedu peloton dans l’avant dernier casse patte et prend 100 mètres. Il va falloir 5 km pour que nous le rattrapions. L’arrivée à Feltre est digne d’une arrivée de tour de France, les derniers km se feront à du 45 km/H et nous franchisons la ligne ensemble,  Phil légèrement carbonisé mais n’ayant pas laché le morceau. Nous n’avions qu’un seul porte bidon sur notre vélo de prêt et nous sommes légèrement déshydraté.  

Bild_108

On a l’impression, malgré nos déboires du matin d’avoir limité la casse. Cela se confirmera plus tard, on a perdu 2 places au G ( nous sommes 191 ème sur 630)  et nous terminons l’étape 56 eme de notre catégorie et  57 de notre catégorie au général.

Pour adoucir nos malheurs et nous remonter le moral, nos épouses et enfants arrivent ce soir  et nous allons tous à la trattoria.

Francis comme a son habitude, a tout préparé, déclaration à la police, contact avec l’assurance de l’hôtel, sandwich, yoghourt agrémenté de malto et de poudre de proteines, eau de St Yorre, Pastèque, jambiéres, vêtement secs, ….. le team Scott n’en revient pas de notre Willy et essaye de nous l’acheter (Que fait-on ?)

Après 6 jours de dur labeur, la montagne est dernière nous, plus qu’une étape de 160 km de plat avec aucun dénivelé ( enfin 600 mètres). Cela va saigner demain. Thierry se réjouissant déjà à l’avance, ayant déjà placé les roues Cosmic de Patrice Fourny pour le décrassage tandis que phil appréhende cette dernière étape qui n’est pas sa tasse de thé.

 

Si nous voulons rester dans le top 200, il faut impérativement ne pas perdre plus de 8 minutes demain .

Un grand merci à willy et à Philippe Lesage du team scott qui se sont occupé des déclarations de vol.

18:58 Écrit par Thierry&Phil dans Algemeen | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Si les petites femmes sont arrivées elles pourront remplacer celles que vous avez perdues. Je pensais plutôt que vous aviez perdu Willy! La déclaration de vol n'aurait pas été nécessaire!!!!!!!!!Allez voir dans les objets perdus...A demain. Bonne finale

Écrit par : mLaure | 11/07/2008

triste
ce faire voler son vélo,et encore avoir l'envie de continuer,chapeau.
Sur ,cela être dur de rouler sur un autre vélo sans être jamais monter dessus.
Bonne dernière journée malgré tout. Joss

Écrit par : Joss | 11/07/2008

Sale coup , un gars "normal "aurait tout laché après un coup pareil, allez chapeau bas messieurs, ça c est aller au bout de l effort.
Bravo aussi à votre Willy nationnal !

Écrit par : jean-paul | 12/07/2008

Et bien chapeau de ne pas avoir paniqué après ce sale coup reçu et d'avoir roulé avec des mulets sortis de je ne sais où.
Le team Scott, au lieu de vouloir acheter Willy, n'avait rien à vous proposer ?
Attention si vous vendez Willy il faudra trouver une Willie qui sera aussi performante.
Allez, bonne dernière sur du plat ... pour changer et espérons pour l'assurance vol.

Écrit par : EMILE | 12/07/2008

Les commentaires sont fermés.